JAZZ : YOUPI QUARTET «Mozaïc»Lundi 19 octobre 2020 à 21h Au Studio de l’Ermitage

Bienvenue dans l’univers musical du « Youpisme » à l’écoute de « Mosaïc », second album du Youpi Quartet !

Le « Youpisme » génère une musique positive, portée par la bonne humeur, des mélodies attachantes, et un groove irrésistible ! Un tourbillon de sons, d’idées, et d’influences (jazz, électro, funk, musique indienne) autour d’une musique hypnotique et vigoureuse, dont l’exigence est au service du plaisir communicatif qu’il procure aux auditeurs.

Un quartette sans instrument harmonique, où les deux instruments solistes sont rarement associés : la flûte et l’harmonica ! La grande complicité musicale, doublée d’une entente humaine fusionnelle, entre la flutiste Emilie Calmé et l’harmoniciste Laurent Maur, aboutissent à la création d’un son orchestral unique et singulier. Une masse sonore, légère, élégante, et envoûtante, se dégage de la fusion charnelle des deux instruments, aussi bien lorsqu’ils jouent les thèmes à l’unisson, que quand ils jouent à deux voix.

Ce duo mélodique et harmonieux, profondément original, est porté par une force rythmique explosive et vigoureuse, emmenée par la basse électrique particulièrement funky d’Ouriel Ellert et la polyrythmie dense et touffue du jeu de batterie de Curtis Efoua.

Quatre musiciens à l’écoute les uns des autres, toujours prêts à rebondir, à proposer, et à enrichir l’architecture sonore générée par les quatre instruments. Une belle palette de sonorités à travers les différentes flûtes d’Emilie Calmé (traversière, alto, bansuri) ainsi que plusieurs sonorités d’harmonica de Laurent Maur, avec quelquefois l’utilisation d’un harmonica-midi (à la sonorité proche d’un clavier) et de quelques effets électroniques amenés en post-production.

L’alchimie fulgurante générée par la musique du Youpi Quartet est la force centrale et gravitationnelle d’un groupe cohérent et soudé, qui pratique l’interaction comme il respire. Tout semble naturel et fluide dans le discours musical alors que les compositions et les métriques sont rarement simples, mais c’est toujours le positivisme, l’aspect ludique du jeu, et le rythme de la danse qui l’emportent : c’est la définition même du  « Youpisme » !

 

L’album s’ouvre par Wind in The Trees, une composition d’Ouriel Ellert, introduite par la basse électrique, puis s’installe une belle mélodie jouée à la flûte, bientôt rejointe par l’harmonica à l’unisson, puis en contre-chant. Un univers poétique champêtre où l’on sent la nature et le vent s’infiltrer en nous.

Puis, place au groove, avec la remuante Lolita BB de Laurent Maur qui peu à peu se ralentit dans une ambiance électro-planante portée par une flûte aérienne, pour enfin repartir de plus belle avec un époustouflant solo d’harmonica soutenu par un jeu de batterie hyper tendu.

En Miroir est une courte improvisation où Emilie joue seule, tandis qu’avec Bouture d’Emile Calmé, nous revenons à un groove léger porté par une inventive ligne de basse et une belle mélodie prégnante où flûte et harmonica sont à l’unisson.

Des bidouillages électroniques soutenus par une rythmique funky introduisent 7 Suite de Laurent Maur où l’harmonica s’en donne à cœur joie et explose de toutes part dans de fiévreux chorus.

Ombre et Lumière de Laurent Maur propose un duo Harmonica-basse électrique très mélodique que l’on imaginerait bien comme musique d’un film !

Café Turc est une composition de Curtis Efoua Laurent Maur utilise l’harmonica-midi qui sonne comme un clavier !

On ne pouvait rêver mieux que le titre Harmonie pour définir la composition d’Emilie Calmé construite sur un rythme brésilien en quinze temps où après un solo de flûte acrobatique, le batteur Curtis Efoua s’exprime à travers un chorus qui mêle élégance et force rythmique.

Et c’est justement Curtis Efoua qui compose le morceau suivant : Newpi avec son ambiance mélancolique, obsédante et répétitive.

Avec Fresh d’Ouriel Ellert, retour au groove et à une ligne de basse particulièrement funky pour le plaisir, le feeling et la danse ! L’album se termine par Bansanza, un duo où la flûte bansuri d’Emilie Calmé est accompagnée par une sanza, jouée par Curtis Efoua pour un voyage exotique du côté de l’orient.

 

REPERES BIOGRAPHIQUES

 

  • Le Youpi Quartet s’est formé en 2016. Ils ont tout d’abord enregistré un EP « l’Ile Nock » issu de séances improvisées.  Puis un premier album «  No Man’s Land » publié en 2018.

 

  • Laurent Maur est né à Paris, il a étudié l’harmonica au CIM et au CMDL (Centre des Musiques Didier Lockwood) et a rencontré Toots Thielmans avec qui il a entretenu des rapports privilégiés. Il a accompagné Francis Lockwood et plusieurs musiciens de jazz manouche comme Mayo Hubert ou le Trio Rosenberg et participé à de nombreux projets autour des musiques du monde : L’Afro Venezulian Latin Jazz Quintet, ou les chanteurs Malgaches : Erick Manana ou Lalatiana. Il a enregistré plusieurs albums en leader dont les deux derniers : « La Dernière Danse » (2018)  et « Chef Larry » (2019) ont été enregistrés avec Mario Canonge, Felipe Cabrera, et Pierre-Alain Tocanier. Il a aussi créé un duo avec Emilie Calmé intitulé Duologie.

 

  • Emilie Calmé est née à Bordeaux, elle a étudié la musicologie et obtenu un DEM en flûte traversière classique en 2008, puis en jazz en 2009. Elle a effectué un voyage à Bombay où elle a appris la flûte bansuri avec le grand maître Hariprasad Chaurasia. Elle a accompagné de nombreux musiciens comme le saxophoniste Lee Konitz ou le pianiste Alain Jean-Marie. En 2019, elle a publié l’album « Flûte Poésie » où elle est accompagnée par : Laurent Maur, Alain Jean-Marie, Gilles Naturel et Lukmil Perez.

 

  • Ouriel Ellert a étudié la basse au conservatoire d’Agen et Bordeaux. Il a eu l’occasion de jouer dans diverses formations autour d’un éventail de musiques très variées (jazz, électro, pop, soul, musiques africaines, cubaines, ou klezmer). Il a notamment joué ave Mamani Keita, Les Yeux Noirs, Marta High, Magic Malik, Sylvain Luc, Olivier Ker Ourio, Sylvain Rifflet, Pierre Perchaud, Laurent Coulondre…. En 2013, il monte son propre groupe : Le Trio Nowhere avec le guitariste Anthony Jambon et le batteur Martin Wangermée.

 

  • Curtis Efoua est né à Bordeaux, il a obtenu un DEM jazz en batterie à Bordeaux en 2009 et le prix de meilleur instrumentiste au concours national de La Défense en 2015. Il a accompagné Didier Lockwood, Bernard Lubat ou Médéric Collignon. En l’espace de cinq ans, il participe à la collaboration de 14 albums en tant qu’instrumentiste, compositeur et arrangeur (Edmond Bilal Band, Le fou du roi, Duke, Soul Revolution, Duende…).

 

Laurent Maur : harmonica

Emilie Calmé : flûte

Ouriel Ellert : basse

Curtis Efoua : batterie

8, rue de l’Ermitage – 75020 Paris
Tél. : 01 44 62 02 86

M° Ménilmontant – Jourdain – Gambetta