JAZZ : DO MONTEBELLO Nouvel album “Birdy Heart”Sortie le 14 septembre 2018 En concert Mercredi 10 octobre 2018 à 20h30 A L’Alhambra

Citoyenne du monde par passion et artiste par vocation, elle a foulé la terre du Sud de la France, de l’Algérie et de son désert, des Etats-Unis, des Caraïbes, du Brésil… pour en rapporter les poétiques partitions de son album précédent“Adamah” qui célébraient la terre, les arbres, les océans… Et bien sûr les femmes et les hommes rencontrés au hasard de ses escales.

Avec cette nouvelle production, baptisée “Birdy-Heart” et enregistrée entre Natal, Rio de Janeiro et Belo Horizonte, cette incorrigible nomade aura parcouru 14 000 kilomètres en deux mois et repousse encore les frontières pour s’interroger sur les mystérieuses pulsations rythmant chaque instant de notre vie, de sa vie. Do Montebello célèbre dans ce nouvel album la splendeur de l’âme, qu’elle compare à un oiseau niché au creux du coeur, qui échappe au regard et se révèle pourtant dans le rayonnement de chaque être.

DO MONTEBELLO “ …j’ai l’âme apatride…je pars et je reviens comme le font certains oiseaux…” confesse Do Montebello. Citoyenne du monde par passion et artiste par vocation, elle a foulé la terre du Sud de la France, de l’Algérie et de son désert, des Etats-Unis, des Caraïbes, du Brésil… pour en rapporter les poétiques partitions de son album précédent “Adamah” qui célébraient la terre, les arbres, les océans… Et bien sûr les femmes et les hommes rencontrés au hasard de ses escales. Avec cette nouvelle production, baptisée “Birdy-Heart” et enregistrée entre Natal, Rio de Janeiro et Belo Horizonte, cette incorrigible nomade aura parcouru 14 000 kilomètres en deux mois et repousse encore les frontières pour s’interroger sur les mystérieuses pulsations rythmant chaque instant de notre vie, de sa vie. Do Montebello célèbre dans ce nouvel album la splendeur de l’âme, qu’elle compare à un oiseau niché au creux du cœur, qui échappe au regard et se révèle pourtant dans le rayonnement de chaque être. “ Cet album, c’est un climat ; j’ai voulu laisser de l’espace au silence. Pour chanter ce qui est invisible, pour tenter d’aborder les rives de la vie intérieure, mon choix s’est porté sur une musique acoustique. Curieusement cela incite à lever le voile sur l’intime ”. Un voile volontairement pudique derrière lequel se dessinent, en plein et en délié, des histoires d’amour, d’adieux, de vie intérieure et de liberté. Quatorze titres composent “Birdy-Heart”. Un oiseau-cœur, un oiseau jazz, dont les ailes nous transportent au gré des textes et des notes d’Aloysio de Oliveira & Luiz Eça (“Imagem” – Image), de Vinicius de Moraes & Antônio Carlos Jobim (“E Preciso Dizer Adeus” – Il faut se dire adieu), d’Antônio Carlos Ferreira de Brito (Cacaso) & Edu Lobo “Quase sempre“ – Presque toujours, de Paulo Erick & João Salinas (“Cantos dos Contos“ – le chant des contes, “Meu cantar“ – mon chant) ou encore de son complice de toujours, le guitariste et arrangeur Sergio Farias avec lequel elle a notamment cosigné “The Volcano” – le Volcan, “Rindo ao vento” – Riant au vent et la chanson-titre de l’album “Birdy-Heart” – l’oiseau cœur. Sans oublier une émouvante relecture du fameux “Peace” – Paix, du pianiste, compositeur et chef d’orchestre Horace Silver. Do Montebello joue de sa voix comme d’un instrument pour faire souffler un vent de liberté sur les refrains qu’elle interprète ici en anglais, en brésilien et en français. A ses côtés, des pointures du jazz et de la world tels que Roberto Taufic (guitares électrique & folk), Airton Guimarães (contrebasse) Jacques Morelenbaum (violoncelle), Marc Berthoumieux (accordéon), Toninho Horta et Sergio Farias (guitares acoustiques).  A la fois fluide, intense et empreint de sophistication, son chant vibre comme une promesse : celle de faire sauter tous les verrous pour ouvrir grand notre cage où se niche l’oiseau-coeur. “Birdy-Heart” prend un nouvel envol avec le bouleversant poème “Dire Amour” ; Une incantation, tout juste ponctuée par l’archet buissonnier du violoncelliste, qui arrive comme une respiration sensible, une ouverture sur un ailleurs à explorer…

Mercredi 10 octobre 2018
à 20h30
A
L’Alhambra
21, rue Yves Toudic 75010 PARIS
Tél. : 01 40 20 40 25
M° République