JAZZ : ROMAIN PILON “Copper” (Jazz & People / PIAS) Sortie le 30 mars 2018 & En concert Vendredi 13 et samedi 14 avril 2018 à 21h Au Sunside Paris

Après trois albums à caractère acoustique, Romain Pilon opère un virage électrique
qui prend le nom du cuivre, cet excellent conducteur dont on fait les câbles. À la tête
d’un trio à haute tension, il réinjecte dans sa musique l’influence de ses premières
amours et imagine un répertoire marqué par les grooves, les saturations rock, les
élégies pop et les alliages sonores. Avec pour invités de choix, le saxophoniste newyorkais
Seamus Blake et le pianiste français Pierre de Bethmann, « Copper » fait sauter
les résistances et vibrer très sensiblement les cordes.

En concert Vendredi 13 et samedi 14 avril 2018 à 21h Au Sunside Paris

Après trois albums à la couleur plutôt acoustique, dont
« The Magic Eye » avec Ben Wendel et Walter Smith III (déjà
paru sur jazz&people), qui ont montré son appropriation dynamique
et moderne de la tradition et son appartenance
au mouvement de renouveau qui porte la guitare entre Paris
et New York, Romain Pilon ouvre son univers au travers
d’un projet plus éclectique : « Copper ».
Renouant avec ses toutes premières influences adolescentes,
le guitariste a imaginé un répertoire inédit de sa
main dans lequel son talent se dévoile sous un jour diffé-
rent. Usant d’un éventail d’effets et pédales qui permettent
d’élargir le panel sonore de son univers, il réinjecte dans sa
musique les souvenirs de Led Zeppelin, les expérimentations
du Herbie Hancock des années Headhunters, les mé-
tissages atmosphériques de Weather Report, les saturations
sonore du Miles Davis des années dites « électriques
»… tout en gardant une oreille attentive sur les innovations
de certains contemporains tels que la chanteuse anglaise
Laura Mvula, le groupe australien Hiatus Kaiyote, le power
combo californien Kneebody, le projet groove Underground
de Chris Potter ou le prodige Taylor McFerrin.
Avec « Copper », Romain Pilon s’inscrit aussi dans un
mouvement incarné par différents musiciens dont il fut le
condisciple au Berklee College of Music à Boston avec lesquels,
outre le fait d’avoir partagé la scène à ses débuts,
il conserve une proximité de démarche, comme Christian
Scott, Lionel Loueke, Kendrick Scott ou Esperanza
Spalding, qui s’efforcent d’ancrer le son du jazz dans son
époque.
Assumant ses envies de groove et ses rêves d’alliages sonores,
en quête de métriques ludiques et de textures inhabituelles,
Romain Pilon a imaginé une formation à l’instrumentation
peu commune sous la forme d’un trio délibérément
sans basse, qui repose sur l’axe constitué par les différents
claviers croisés (piano Fender Rhodes sous effets, synthétiseurs
analogiques) de Tony Paeleman, nouveau spécialiste
que l’on s’arrache (Living Being de Vincent Peirani, Circles
d’Anne Paceo, The Watershed, etc.) et la batterie de Fred
Pasqua, dont le jeu fourni et complexe assure une dynamique
irrésistible à l’ensemble de son trio.
Fidèle à son sens de la ligne claire, développant le caractère
mélodique de son inspiration, Romain Pilon, qui fut au
sortir de ses études encouragé par Pat Metheny en personne,
affirme dans ce contexte un jeu au mordant renforcé,
chargé de touches d’électricité, nimbé de vibrations qui
font de ce « Copper » un nouveau chapitre à haute tension à
la carrière d’un musicien qui a largement dépassé le stade
des promesses et bénéficie d’une audience internationale.
En invités très spéciaux, deux musiciens qui ont eux aussi
la double culture du jazz et du groove, de l’acoustique
et de l’électrique : le saxophoniste new-yorkais Seamus
Blake — ancien partenaire de John Scofield, cofondateur
des mythiques Bloomdaddies avec son alter ego Chris
Cheek, membre du groupe Migration du batteur Antonio
Sanchez — qui fait preuve d’une maestria époustouflante
lorsqu’il s’agit de se couler dans un groove ; et le pianiste
français Pierre de Bethmann qui, exclusivement au piano,
vient se confronter aux claviers de Tony Paeleman, avec
son sens mélodique exceptionnel. Tous deux trouvent naturellement
leur place dans l’univers de « Copper » tant ils
évoluent avec aisance dans ce type d’environnement sonore
et contribuent à faire sauter les résistances et vibrer
très sensiblement les cordes.

L’ALBUM :
1. Bibou featuring Seamus Blake
2. Trippin’
3. Four Moons featuring Pierre de Bethmann
4. Laniakea
5. Home
6. The Quiet Ones featuring Seamus Blake
7. Poppish featuring Pierre de Bethmann
8. Dear Wayne featuring Seamus Blake
Compositions originales de Romain Pilon
Romain Pilon : guitare
Tony Paeleman : Fender Rhodes, Bass Synth, Keyboards
Fred Pasqua : batterie
Pierre de Bethmann : piano (sur 3 et 7)
Seamus Blake : saxophone ténor (sur 1, 6 et 8) www.romainpilonguitarist.com