Théâtre : YOU-YOU de Jovan Atchine avec MINA POE au Studio HEBERTOT à partir du 7 septembre (Interview)

YOU-YOU de Jovan Atchine

Le parcours d’une femme courageuse dans l’Europe et la France de la deuxième partie du vingtième siècle. Une parole libérée, pleine de joie, d’humour, d’espoir, de tendresse et d’humanité.

Le texte écrit en 1983 par Jovan Atchine a été adapté au théâtre pour la première fois en 1993 par Philippe Adrien au Petit Théâtre de l’Odéon. Déjà, à cette époque, Mina Poe interprétait le rôle de You-You.

INTERVIEW DE MINA POE

Mina Poe est seule en scène au studio Hebertot dans le décor d’un atelier de couture, elle est You You une femme qui  raconte presque malgré elle pour la première fois son histoire à l’occasion de son départ en retraite face au public, qui devient le temps de cette histoire ses collègues de travail, qui vont la  découvrir…

Mina Poe accroche le public dès son entrée sur la scène; tout de suite nous sommes intrigués par ce bout de femme timide qui semble fragile et mal à l’aise face à l’assemblée de ses collègues de l’atelier de couture. Les feuillets de son discours tremblent un peu dans ses mains, d’un geste elle replace sa coiffure et chausse ses lunettes comme pour se donner une aisance.

Très vite, elle s’évade de son texte, s’excusant mille fois, comme si elle pensait que ses digressions  n’intéresse personne, comme elle pense peut-être au fond d’elle-même n’avoir intéressé personne tout au long de sa vie, juste là par habitude et tenter d’exister dans la transparence du regard des autres. Et pourtant, elle n’imagine pas combien elle fut importante dans leur vie. Et elle se raconte, son parcours  depuis son départ forcé de Yougoslavie qui la mèneront des nuits sous le Pont Neuf aux ateliers des Beaux-arts, puis à cet atelier de couture qui finira par être sa maison, qu’elle va quitter pour aller…où …. Elle raconte, avec l’orchestre tzigane qui toujours l’accompagne, comme un fil invisible qui lui rappelle d’où elle vient, elle danse sa vie … La mise en scène est elle aussi à l’image de You-You,  d’une discrétion pudique mais essentielle pour créer les atmosphères qui furent les siennes, ombre et lumière.

Cette pièce de Jovan Atchine écrite en 1983 est toujours d’une actualité redoutable.

« Un hymne  à la vie, tout en rendant hommage à ces femmes et ces hommes venus des quatre coins du monde pour œuvrer à nos côtés » écrit Elodie Chanut-metteur en scène-

En une heure dix, une vie défile devant nous, à la fois lointaine et proche de nous, et nous ne voyons pas le temps passer en partageant ces souvenirs entre rires et émotions,  tendresse et humanité. Une belle vie !

Aujourd’hui,  sur la scène du Studio Hébertot par la compagnie l’Oeil des Cariatides et MayMoon Productions.

L’HISTOIRE

Une femme, s’adressant directement au public, fait son discours lors de son pot de départ en retraite devant les employés de l’entreprise dans laquelle elle a travaillé toute sa vie.

Abandonnant le document qu’elle avait préparé, de digression en digression, avec une chaleur naïve et communicative, elle parle enfin et raconte ce qu’a été sa vie.

C’est pour l’auteur de double culture franco-serbe, Jovan Atchine, le point d’appui pour dresser le portrait d’une immigrée Yougoslave arrivée en France au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale.

Née le jour de la création de la Yougoslavie, symbole de l’espérance d’une nouvelle Europe, elle est nommée Yougoslava. Mais « You-You » se voit forcée de quitter son pays pour la France, sur laquelle elle porte un regard tendre, et plein d’espoir.

Cet idéalisme résistera-t-il à la réalité ?

L’atelier de confection où elle travaille est le microcosme ironique de cette société cosmopolite rêvée.

Jovan Atchine livre une peinture douce-amère, faussement naïve, et pleine d’humanité, d’une femme de courage et de sacrifices confrontée aux évènements de son siècle.

L’auteur

Né à Belgrade en 1941, de mère française et père serbe. Après son baccalauréat, il s’envole vers Paris et entre aux Beaux-Arts, en architecture, dans l’atelier de Pingusson.

Son diplôme en poche, le voilà de retour à Belgrade. Nous sommes en 1965, et en Serbie les perspectives d’emplois sont rares pour les jeunes architectes.

Jovan Atchine s’inscrit alors à l’Ecole Nationale de Cinéma et Théâtre de Belgrade.

Il travaille pour la Télévision Serbe et remporte divers prix pour ses documentaires et courts-métrages.

En 1975, il réalise son premier long métrage, « La rose de béton », qui sera censuré par le régime de Tito. Il décide alors de quitter la Yougoslavie avec femme et enfants.

C’est en 1975 qu’il est engagé par l’entreprise Peugeot, comme réalisateur en charge de tous les films industriels et commerciaux du constructeur automobile.

Là encore, il remporte divers prix pour les films qu’il réalise pendant sept ans.

En 1983, il écrit le monodrame You-You, puis en 1985, il réalise son second long métrage,

« Le bal des sirènes » (i.e « Mirjana »), produit par la FOX. En 1989, il écrit sont troisième long-métrage « Le père ». C’est pendant la préparation du tournage du « Père », en 1991, que Antenne 2 le contacte pour lui proposer de partir pour Belgrade afin d’y commenter les évènements en Yougoslavie. Jovan Atchine y perdra la vie dans un accident de voiture.

LA COMEDIENNE

Mina Poe

Diplômée du CNSAD, Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris en 1991, elle a été formée par Stuart Seide et Jean-Pierre Vincent. Elle jouera au théâtre sous la direction de Philippe Adrien, Georges Werler, Jean-Daniel Werhague à la télévision, Maroun Bagdadi au cinéma, entre autres. Elle fait ses premières armes en mise en scène aux « Rencontres à la Cartoucherie de Vincennes», initiées par Philippe Adrien qui l’a d’ailleurs dirigée dans le monodrame « You-You », à sa sortie du Conservatoire. Passionnée par toutes les formes d’art et de créativité,

en 2000, elle crée la marque de mode « minaPoe » qu’elle dirigera jusqu’en 2012, année où elle crée MayMoon Productions.

Elle a écrit et réalisé plusieurs court-métrages, pièce de théâtre, ainsi que développé des projets de séries et documentaires.

En 2015, elle écrit et met en scène un spectacle de clowns « Sussi Keboka », le clown étant un art qu’elle affectionne particulièrement depuis ses études au conservatoire, et où elle retrouve Élodie Chanut, sa camarade de promotion.

De ces retrouvailles nait l’envie de raconter à nouveau, vingt ans après, l’histoire de You-You.

LA METTEUR EN SCENE

Elodie Chanut

Diplômée du conservatoire national supérieur de

Paris, Elodie Chanut joue sous la direction de :

Michèle Oppenot, Georges Werler, Jeanne

Sigée, Géraldine Bourgue, Jean Pierre Vincent,

Pascal Desfarges, Renaud Danner, Rémi De

Vos, Pierre Alain Jolivet, Jean Louis Hourdin,

Fabienne Gozlan, Dominique Verrier, Philippe

Ponty, Sylvie Pothier, Irina Solano, Sotigui

Kouyaté.

Elle assiste Sotigui à la mise en scène de

plusieurs spectacles:

Antigone aux Bouffes du Nord

Le refus (Musée Jean Moulin)

Chasseur de paroles (théâtre du Châtelet)

Les liens du sang (espace Kiron)

Le pont de Laurent Van Wetter (Amandiers de Nanterre)

A partir du 7 septembre 2017

studio HEBERTOT 78 bis Boulevard des Batignolles 75017