MARADATO Nouvel album “An Echo of Wildness” (DSY / Inouïe Music) En concert Jeudi 8 juin 2017 à 20h30 Au Sunset

Sur scène depuis huit années avec un premier album de standards ‘I gotta right to sing the blues’, le quartette Maradato a silloné la France avec son Soul Jazz intense et torride.
Forts de la réussite du premier disque, les musiciens ont eu envie d’enregistrer un nouveau projet fait cette fois de compositions originales. On y retrouve les mêmes couleurs Jazz mêlées à celles des musiques de Madagascar la terre d’origine de Nivo et Max.

MARADATO Nouvel album
“An Echo of Wildness”
(DSY / Inouïe Music)  Sortie le 26 mai 2017

En concert Jeudi 8 juin 2017 à 20h30
Au Sunset
60, rue des Lombards 75001 PARIS
Tél. : 01 40 26 46 60
M° Châtelet
Prix des places : 2O €

Une nouvelle section ryhtmique a rejoint le groupe dans la moitié des morceaux : Thomas Bellon à la batterie, rencontré à deux mois de l’enregistrement sur une scène caraïbe. Les musiciens du groupe ont eu un coup de coeur pour sa musicalité et pour ses sonorités afro-caraibéennes qui provoquent une alchimie explosive au contact MARADATO La musique se veut la plus naturelle et la plus expressive possible. L’évidente complicité des musiciens privilégie l’unité rythmique, les couleurs sonores et les nuances sont la priorité. Une pulsation énergique et une grande liberté d’expression animent intensément ce jazz coloré de soul (Springtime) de zouk (Madinina), de funk (Earth vibrations) ou de world music (Waterfall). La musique de l’album évoque le rythme de la terre, l’unité de la musique et de la vie. Les compositions trouvent leur inspiration dans les éléments naturels (eau, terre, bois, feu, espace) et de leur lien fondamental avec la musique. Ces compositions sont dues à Virginie Daïdé (One of them, Rosewood, Moving clouds, An echo of wildness, Waterfall) et Nicholas Thomas (Earth vibrations, Springtime, Madinina, Five). Elles ont été spécialement imaginées pour les musiciens de Maradato. L’écriture musicale renforce l’identité du groupe, et les mélodies renforcent la puissance d’évocation des textes. Chaque morceau nous transporte ailleurs, autour de rythmes qui racontent une grande partie de l’histoire. Tantôt la rythmique dialogue à égalité avec la mélodie (Earth vibrations, Madinina), tantôt des passages parlés (One of them, Rosewood) proposent des mots sans mélodie qui laissent aux rythmiciens le soin de disposer seuls de l’incarnation des sons. Les textes ont été écrits spéci­quement pour le projet par Laetitia Daïdé. “ ‘An echo of wildness’, c’est peut-être le lieu où la musique et les mots se rencontrent pour dessiner un monde et ses voyageurs. Un mélange d’in­ni, d’espaces et de liberté : j’ai écrit ‘An echo of wildness’ (un écho de nature) durant mes di‑érents voyages. D’abord inspirée par les couleurs écossaises, lumières mélancoliques, fantastiques et étincelantes. J’ai trouvé dans le miroir de cette nature brute, la résonance d’amours épuisés, de souvenirs suspendus, les espaces et les refuges de mes rêveries. J’y ai entendu la symphonie des saisons, qui s’imposent majestueusement au cœur des terres sauvages et mystérieuses. Est venue ensuite la Martinique, une seconde inspiration tout aussi envoûtante. ‘An echo of wildness’ c’est aussi la mémoire des histoires de cette île et de ses rythmes. De cette longue promenade le long des plages verdoyantes, où seuls dans la douceur de la brise du soir, l’on croirait presque toucher les étoiles. Des voyages il y en aura d’autres. ‘An echo of wildness’ c’est aussi l’imaginaire, des songes et des désirs d’évasion. Cette promesse qui veut parler à tous, d’une terre à lire et à écouter.” du feeling de jazz malgache de Nivo. Une composition de dernière minute ‘Madinina’ (Martinique) a été inspirée par cette magni­que rencontre. Contrebassiste idéal pour ce métissage jazz-latinoR&B, Fabricio Nicolas, ­dèle compagnon de route du quartette, est à son poste.

An echo of wildness

La musique se veut la plus naturelle et la plus expressive possible. L’évidente complicité des musiciens privilégie l’unité rythmique, les couleurs sonores et les nuances sont la priorité. Une pulsation énergique et une grande liberté d’expression animent intensément ce jazz coloré de soul (Springtime) de zouk (Madinina), de funk (Earth vibrations) ou de world music (Waterfall). La musique de l’album évoque le rythme de la terre, l’unité de la musique et de la vie. Les compositions trouvent leur inspiration dans les éléments naturels (eau, terre, bois, feu, espace) et de leur lien fondamental avec la musique. Ces compositions sont dues à Virginie Daïdé (One of them, Rosewood, Moving clouds, An echo of wildness, Waterfall) et Nicholas Thomas (Earth vibrations, Springtime, Madinina, Five). Elles ont été spécialement imaginées pour les musiciens de Maradato. L’écriture musicale renforce l’identité du groupe, et les mélodies renforcent la puissance d’évocation des textes.

Chaque morceau nous transporte ailleurs, autour de rythmes qui racontent une grande partie de l’histoire. Tantôt la rythmique dialogue à égalité avec la mélodie (Earth vibrations, Madinina), tantôt des passages parlés (One of them, Rosewood) proposent des mots sans mélodie qui laissent aux rythmiciens le soin de disposer seuls de l’incarnation des sons. Les textes ont été écrits spéci­quement pour le projet par Laetitia Daïdé. “ ‘An echo of wildness’, c’est peut-être le lieu où la musique et les mots se rencontrent pour dessiner un monde et ses voyageurs. Un mélange d’in­ni, d’espaces et de liberté : j’ai écrit ‘An echo of wildness’ (un écho de nature) durant mes di‑érents voyages. D’abord inspirée par les couleurs écossaises, lumières mélancoliques, fantastiques et étincelantes. J’ai trouvé dans le miroir de cette nature brute, la résonance d’amours épuisés, de souvenirs suspendus, les espaces et les refuges de mes rêveries. J’y ai entendu la symphonie des saisons, qui s’imposent majestueusement au cœur des terres sauvages et mystérieuses. Est venue ensuite la Martinique, une seconde inspiration tout aussi envoûtante. ‘An echo of wildness’ c’est aussi la mémoire des histoires de cette île et de ses rythmes. De cette longue promenade le long des plages verdoyantes, où seuls dans la douceur de la brise du soir, l’on croirait presque toucher les étoiles. Des voyages il y en aura d’autres. ‘An echo of wildness’ c’est aussi l’imaginaire, des songes et des désirs d’évasion. Cette promesse qui veut parler à tous, d’une terre à lire et à écouter.”